Les actions culturelles

Ô! les Rues édition 2019

Énorme succès populaire et familial pour la 5ème édition d’O! les Rues

Dolus d’Oléron le 30 août 2019.
Magnifique, magique, unique, surprenant, grisant
, etc. les qualificatifs n’ont pas manqué dans la bouche des festivaliers pour décrire cette nouvelle édition du festival d’arts de rue lancé et créé par la municipalité en 2015 grâce au travail des services administratifs et techniques. Cofinancé par les mairies de Dolus et Marennes, le CD17, la Région Nouvelle-Aquitaine et les campings Huttopia, il a pu voir le jour également grâce à la participation active du magasin Delbard.

Plusieurs milliers de festivaliers ont ainsi arpenté les rues du bourg et des environs pour découvrir les spectacles proposés dans le In et le Off. La soirée inaugurale à Marennes le dimanche soir ayant donné le ton avec un très beau moment partagé en famille. Le marché gourmand n’a pas dérogé à la règle et comme pour tous les lundis soirs de l’été, les food-trucks et stands de nourriture ont fait un carton plein sur la place Simone Veil pour le plus grand bonheur gustatif des visiteurs.

Plus de 70 bénévoles originaires de toutes les communes du Pays Marennes Oléron, de tous âges et habitant ici à l’année ou en résidence secondaire se sont succédés entre samedi et mercredi pour accomplir toutes les tâches nécessaires à la bonne organisation de l’événement (information des publics, accueil des compagnies, gestion des espaces scéniques, appui à la circulation entre les spectacles, soutien au catering, etc.). Dans leurs parcours respectif de bénévolat, ils ont su toutes et tous agir à la bonne place et au bon moment.

La conférence organisée par la Fédération nationale des arts de la rue sur Le cirque en espace public dans l’espace détente créé par les Apéros Bricolos grâce à leur atelier de la Cailletière, le mardi à 12h a réuni un public nombreux et curieux pour réfléchir et apporter des témoignages sur la manière dont les arts vivants et les arts de rue permettent de percevoir autrement les aménagements urbains. La complémentarité de la programmation avec le département de la Charente Maritime et le Centre national des arts de Rue de la Rochelle a également permis aux artistes et aux publics de vivre une belle communion matérialisée par des standing-ovation à chaque fin de spectacle.

« Cette cinquième édition était identifiée comme une date importante dans l’histoire du festival et celle de notre organisation collective, explique Grégory Gendre maire de Dolus. Le professionnalisme d’Aire de Cirque pour la programmation, de José Victorien pour la régie générale, de la Cantine des Cocottes pour la gestion de la cuisine et de Laure Thomas pour l’encadrement bénévole permettent de construire des projets ambitieux et durables sur ces thématiques en lien étroit avec le personnel communal. Ces deux jours de festival représentent la face émergée d’un travail de fond qui puise ses racines dans l’identité oléronaise pour agir, proposer et faire vivre avec succès ces temps de fêtes collectifs ».


Bilan du festival Underfest du Cepmo organisé à la Cailletière

Dolus le 29 mai 2017.

Le projet était ambitieux et le résultat probant puisque, selon le bilan dressé par ses organisateurs, le festival des cultures urbaines organisé par le CEPMO le samedi 20 mai c’est :
– 12 élèves qui organisent, créent, travaillent sur le projet 2h par semaine pendant un an sur leur temps de cours et un grand nombre d’heures sur leurs temps personnel de maniére bénévole,
– 2 encadrants qui soutiennent et canalisent l’énergie collective,
– 30 bénévoles lycéens du Cepmo qui assurent la gestion du parking, de la buvette, la billetterie, la sécurité, l’installation , le démontage soutenu par une vingtaine de membres du collectif des amateurs de techno,
– 15 membres de l’équipe pédagogique du CEPMO présents et impliqués tout au long de la manifestation,
– la mise en valeur par le biais d’une exposition du projet photographique des élèves du CEPMO,
– la mise à disposition du mobilier créé en matériaux de récupération par le projet bricolage du CEPMO,
– 1h de slam encadrée par Maras, champion de France de rap contenders et interprété par les jeunes du CEPMO et du collège de Marennes à l’issue de 6 semaines d’ateliers scolaires,
– un atelier expression libre de graff durant les 12h du festival suite aux interventions de JOKOLOR au Lycée de Bourcefranc et au CEPMO, animé en partie par un collectif de gaffeur du Gard,
– une affiche créée par une élève et imprimée par l’association Le Local (cinéma l’Eldorado et L’estran),
– une initiation au Hip hop par l’association Bourcefrancaise LGD Crew,
– du mobilier récup créé et prêté pour l’occasion par les bénévoles des apéros bricolo à La Cailletiére,
– une sono prêtée par MO-TV,
– une couverture presse gérée par le projet presse du CEPMO,
– des lumières prêtées par l’ASC du lycée de la mer et du Littoral.

Sur scène :

– 2 jeunes, l’un du Lycée de la Mer et du Littoral, l’autre du CEPMO, qui ouvrent la scène rap,
– des lycéens du Lycée Autogéré de Paris ( LAP) qui se déplacent et montent sur scène pour l’occasion,
– c’est Tupan et son collectif « Le fond d’la classe » qui viennent de Montélimar,
– C’est Galaburdy qui monte de Bordeaux pour poser son rap,
– c’est Lucid et O’Clock du collectif « Les Tontons Flingueurs » qui descendent de la capitale pour monter sur scène,
– un sound systéme de 10 Kwatt associant Kattawatt’s, KMK, SNDL et TTB qui de manière autogérée organise l’ installation et la déco d’une partie du site assurant le passage d’une dizaine de dj,
– Audiocéna qui installe et gère une scène de professionnel pour l’occasion,
– c’est 15 artistes logés au Lycée de la Mer et du Littoral,
– 210 repas ( artistes et bénévoles) réalisés par les élèves sur 2 jours
c’est 4 fûts de BOC17 vendus via le soutien de l’association les arts en sortent,
– 5 foodtrucks (crêpes , falafels, smoothies…) qui assurent les repas du public,
– la présence du BIJ sur le site,
– la protection civile, qui par sa présence assure le bon déroulement de la manifestation,
– Nico du « soul marin » qui par sa générosité, son enthousiasme et sa confiance a contribué à la réussite de cet événement,
– la grande implication de services techniques communaux de Dolus sans qui cet événement n’aurait pu voir le jour, présent en amont, pendant et après le festival,
– le soutien de la mairie de Dolus ( fonctionnaires comme élus) dans leurs approches de la jeunesse, la confiance accordée, le sérieux, le prêt du lieu, le suivi …,
– le soutien de la Communauté de Communes de l’Ile d’Oléron via la mise à disposition de containers à déchets, d’écocup, de totem de tri sélectif et le soutien financier dans le cadre du fond local d’aide à l’initiative des jeunes ( FLAIJ),
– le soutien financier de la MSA 17 dans le cadre de l’appel à projet jeunesse,
– le soutien de la Nouvelle Aquitaine sur le volet soutien au projet d’éducation artistique et culturel,
– le soutien de la DRAC sur les interventions en amont ( slam, graff notamment ),

Bref le Underfest c’est :

– 12 jeunes qui à travers la méthodologie de projet rencontrent un grand nombre d’acteurs du territoire ( 10 élus , 15 fonctionnaires, des bénévoles, des pros …),
– 500 entrées tout au long de la journée ( des parents et élèves du collége de Marennes, du CEPMO, du Lycée de Bourcefranc aux habitants jeunes et moins jeunes de l’Ile d’Oléron ),
– 5000 sourires,
– des échanges, des rencontres, des compétences acquises, des jeunes transcendés par la réussite et l’aboutissement de leur rêve !!!!!

« Il est très très important que la jeunesse puisse ainsi expérimenter et réaliser des événements concrets dans l’espace public car c’est le meilleur moyen pour ces jeunes gens de devenir des citoyens responsables, analyse Grégory Gendre maire de Dolus. Tout au long de l’année de préparation, le groupe projet a gagné en maturité et en méthodologie pour atteindre le jour J les objectifs fixés en amont. La cohabitation sonore avec l’environnement proche représentait un véritable enjeu parfaitement légitime et à 2h00 l’événement a pris fin comme convenu. Nous félicitons grandement les élèves et leurs encadrants pour cette belle réussite pédagogique. »

 


Ô! les Rues édition 2017

Magnifique édition pour O! les rues

Dolus le 31 août 2017.
Du rire, de l’amour, de la joie, des surprises, du beau temps, des sourires, de l’émotion
… rien n’a manqué pour célébrer dignement la fin de la saison estivale lors de la troisième édition du festival O! les rues. Sur les deux seules journées du lundi et du mardi, plus de 10 000 personnes ont ainsi arpenté les rues du bourg pour assister à, au moins, une des 46 représentations proposées par les 16 compagnies présentes dans cette programmation ambitieuse. Le théâtre d’ardoise ayant également fait salle comble avec sa programmation associant le spectacle le Pardi, un défilé de Monique(s) et la Star’ac des marais samedi et dimanche soir.

Transformée et habillée de food-trcuks, de mobilier intégralement réalisé en palettes recyclées à l’occasion des apéros briocolos organisés tous les jeudis de l’année à la Cailletière et d’un chaland-scène de concert, la place Simone Veil a également accueilli le formidable baluche de clôture proposé par Mr Larsen et ses joyeux complices. Présente sur place pendant les deux jours, la sécurité civile n’a eu à déplorer aucun accident grâce à l’esprit bon enfant et familial généré par cette fête populaire.

En termes de chiffres, plus de 60 bénévoles se sont relayé-e-s pour mener à bien les différentes missions inhérentes à la bonne organisation du festival (information du public, gestion des poubelles, réalisation du catering participatif, accompagnement des compagnies, etc.) en lien direct avec les services techniques de la commune et l’équipe projet gérant le festival.

Les partenaires privés (Delbard, Océan, BOC17, les caves d’Oléron et la bière de Fort Boyard) ont été particulièrement actifs, réactifs et disponibles pour agrémenter judicieusement les lieux publics de plantes, de canapés et de boissons dont certaines issues de la fermentation d’oléagineux. Concernant ce point spécifique, la consommation (en gobelet constant) est ainsi passée de 1430 à 2350 entre les éditions 2016 et 2017. L’association des cabanes d’artistes de la Baudissière ayant également subtilement apporté sa pierre à ces 4 jours de fête grâce à son accueil chaleureux le dimanche après-midi.

« Cette année, nous avons réellement franchi un cap tant d’un point de vue qualitatif que quantitatif, analyse Grégory Gendre maire de Dolus et comédien amateur en péplum rural. Les expériences des deux années précédentes nous ont permis de mieux appréhender la circulation des festivaliers pour fluidifier les mouvements autour des spectacles et l’expérience d’une troupe professionnelle comme Aire de Cirque (installée en résidence à l’année sur la Cailletière) est extrêmement enrichissante pour les aspects techniques et les relations avec les compagnies. La régie générale gérée de manière autonome par José Victorien est également un gage de sécurité indispensable tout comme la disponibilité des associations la Cantine des Cocottes pour l’excellente cuisine produite et Les arts en sortent pour structurer à l’année le travail autour du festival. C’est donc cette alchimie globale qui permet de donner cette résonance à O ! les rues. » 

 

 

 


Ô! les Rues édition 2016

Beau succès pour O! les rues saison 2

Dolus, le 30 août 2016.
Record battu : jamais les rues du centre bourg de Dolus d’Oléron n’ont vu circuler autant d’artistes
, de promeneurs, de spectateurs et de bénévoles que pendant les deux jours du festival d’art de rue organisé les 22 et 23 août. Plus de 6 000 personnes ont donc suivi les 14 compagnies (6 dans le IN et 8 dans le OFF) présentant leurs 17 spectacles d’une très grande qualité dans le centre bourg mais également dans deux nouveaux lieux inattendus : l’espace naturel du Sentier des Naissances avec les Êtres DeBoue de la compagnie Les Journaliers et le city-stade avec le chapiteau de la Compagnie Aire de Cirque.

Maître-mot de cette manifestation, la cohabitation dans l’espace public a permis d’offrir aux festivaliers des produits de qualité grâce aux quarante-cinq artisans présents derrière leurs stands à l’occasion du marché de nuit organisé les deux soirs. Cette offre venant en complément de celle offerte par les boutiques ouvertes à l’année. Dans le cadre de la scénographie globale de l’événement, la place Simone Veil a également été relookée pendant ces deux jours où les 9 stands de restauration présents ont littéralement été pris d’assaut. Un chaland ostréicole accueillant une radio éphémère pendant que la buvette officielle du festival, créée de toute pièce par les bénévoles grâce à la réutilisation de palettes, ne désemplissait pas sous l’œil des accrocs au coin sieste aménagé grâce aux canapés de l’association Océan.

Bien entendu, tout ce travail n’aurait pu voir le jour sans l’engagement des cinquante bénévoles qui ont activement donné de leur temps en cuisine, à la buvette, au point infos, à l’accueil des artistes, à l’aménagement des scènes, etc. avant, pendant et après le festival pour que la manifestation se déroule dans les meilleures conditions possibles pour tous les participants.

Dans le contexte sécuritaire actuel, les services techniques communaux ont été largement mis à contribution pour gérer la fermeture des accès au bourg à tous types de véhicules motorisés. « C’est avec un immense bonheur très largement contagieux que nous dressons ce bilan, analyse Grégory Gendre maire de Dolus. Si une première édition est un pari, la seconde confirme ou infirme l’intérêt d’un projet. Là, les chiffres et les retours parlent d’eux-mêmes : O! les rues a trouvé sa place dans le temps et l’espace. Investir dans la culture est donc non seulement rentable grâce aux retombées locales mais surtout très utile pour enraciner, densifier et développer des projets à l’année. »

Après la seconde réunion de bilan organisée mi-septembre avec tous les acteurs concernés, la préparation de l’édition 2017 débutera début novembre avec le retour des réunions mensuelles ouvertes à toutes et tous.  


Ô! les Rues édition 2015

Et une belle édition, une pour O! les rues

Dolus, le 26 août 2015.
Bilan très très positif pour cette première édition avec des spectacles de très grande qualité
, du public nombreux, attentif et curieux et la participation de plus de 35 bénévoles. Entre lundi 18h et mardi 1h du matin, se sont ainsi 14 compagnies qui ont proposé leurs spectacles et univers aux spectateurs dans différents lieux du bourg (place du marché, cour de l’école, parvis de l’église, etc.) ; l’ensemble de la logistique ayant été assuré par les services techniques communaux.

Avant même la fin du festival, une question s’est transformée en évidence : il ne s’agissait plus en effet de savoir si une seconde édition serait organisée l’année prochaine mais plutôt de se mettre d’accord sur la date choisie pour l’édition 2016 !! Le pari de la fin août ayant fonctionné, ce critère sera retenu. Autre grosse satisfaction également, la qualité du catering participatif animé par la Cantine des Cocottes et réalisé exclusivement avec des produits frais locaux cultivés sur le Pays Marennes Oléron.

 « L’idée de vivre un mois d’août sans feu d’artifice a pu paraître anxiogène pour certains mais, au final, la diversité et l’éclectisme des moments créés par le festival a emporté l’adhésion, analyse Grégory Gendre, maire de Dolus d’Oléron. Et il s’est passé ce que nous avions espéré : des rencontres, des échanges, des retrouvailles, des discussions sont nés et se sont développés pendant ces deux jours grâce à la mixité que propose la rue. »

 En parallèle à la programmation et à la partie artistique, les entreprises privées locales partenaires ont permis la pleine réalisation de la manifestation. L’enseigne Delbard a permis de végétaliser la place de la mairie, le camping le Montet et l’hôtel le Vert-Bois ont accueilli les artistes, les Caves d’Oléron et la coopérative viticole ont accompagné avec raffinement les festivités et Océan a fourni le salutaire mobilier de repos et Intermarché a répondu présent sur le poste achat. Sans elles, c’est tout un pan du festival qui n’aurait pu voir le jour.    

« Cette marque de fabrique qualitative permet de différencier O! les rues et de donner une belle image à ce festival, remarque de son côté Niko d’Istanbulles responsable de la programmation du Off. La réussite globale de l’événement repose sur une alchimie délicate où la diversité des spectacles dans leur fond et leur forme séduit tous types de publics. Mais pour arriver à cela il est fondamental d’investir sur la qualité d’accueil des artistes en proposant de belles et bonnes conditions pour jouer. » 

Économiquement, avec une enveloppe financière similaire à celle investie par la mairie pour le traditionnel feu d’artifice + concert d’août, le temps de festivité est passé de 4 à 22h, le nombre de prestataires (intermittents, artistes, etc.) payés a été multiplié par 4 et le public présent sur place a consommé dans les commerces sédentaires ou non du bourg.

 Pour Bruno Soulet, programmateur du festival et responsable de la compagnie Coyotte Minute « le pari était osé dans le contexte actuel où les municipalités, frileuses à l’idée d’investir dans la culture, ferment en nombre les festivals d’arts de rue. La création d’un nouveau rendez-vous est donc une excellente nouvelle. La filière régionale ayant très bien fonctionné, cela nous donne des pistes très intéressantes pour la suite et les chantiers à ouvrir sur Dolus : tous les ingrédients sont réunis pour installer ce rendez-vous dans le temps. »

 


 

 

Fermer le menu