Projet validé – Le nouveau cimetière

Étude et plan du nouveau cimetière à la Jarrie


Le plan actualisé de juillet 2019

Ce n’est un secret pour personne, le cimetière de Dolus atteint les limites de ses capacités. Le développement de l’incinération n’y change rien, les communes rurales, comme celle de Dolus, qui voient leur population augmenter, mais surtout vieillir, sont très souvent confrontées à ce problème.

A cela s’ajoute le fait qu’à Dolus, comme dans 90% des cas, il n’y a jamais eu de politique volontariste pour mettre en place une gestion optimisée des concessions, de leur renouvellement et de leur récupération par la commune lorsque celles-ci arrivent à terme et ne sont pas renouvelées. Nous ne sommes pas là pour refaire l’histoire mais pour nous emparer du problème et lui apporter des solutions.

Il a donc été décidé de travailler sur les deux tableaux :
1) améliorer la gestion actuelle du cimetière pour libérer chaque année quelques emplacements et permettre ainsi de continuer à offrir une offre d’inhumation (limitée) dans le cimetière actuel
2) travailler à un nouveau projet de cimetière permettant de répondre à la demande croissante sur la commune.

Sur le premier tableau : le personnel municipal est parti en formation sur la gestion des cimetières; une procédure permettant de relancer aujourd’hui systématiquement les propriétaires de concessions arrivées à terme (concessions trentenaires) a été mise en place ; une étude des coûts et une procédure est mise en place pour récupérer les concessions non renouvelées ou abandonnées; la commune étudie la possibilité de se doter d’un nouveau logiciel de gestion du cimetière plus performant que l’actuel, et surtout intégrant numériquement chaque concession et son historique archivé dans les placards municipaux.

Sur ce site (celui de la Jarrie), au vu des analyses hydrogéologiques, les contraintes relatives à la protection des eaux souterraines sont moins fortes, prescrivant l’utilisation de caveaux ordinaires, non étanches, avec un périmètre de salubrité mais sans impact domestique puisque le secteur n’est pas habité.
Afin de vérifier la faisabilité du projet en amont sur ce site au regard des contraintes réglementaires et urbanistiques, les services de l’Etat ont été consultés et aucun obstacle n’a été soulevé, pas même la situation en zone agricole puisque les constructions et installations nécessaires à des équipements collectifs ou à des services publics y sont autorisées (art. R 123-7 du Code de l’Urbanisme).

Les services DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) et ABF (Architecte des Bâtiments de France) ont également participé à l’élaboration du programme d’aménagement présenté aujourd’hui.

Des fouilles archéologiques préventives ont également été menées et ont été notamment l’objet d’une sortie pédagogique pour les enfants de l’école primaire.
Ainsi, le projet porte sur une superficie de 4 000 m2 issue d’une parcelle communale de 49 500 m2 située au lieudit « La Jarrie », face aux ateliers municipaux.
Un cabinet d’étude a été sélectionné pour accompagner la commune dans la conception de ce projet. Le principe qui a été mis en avant est de conserver le plus possible le côté naturel du site et de l’utiliser au mieux pour créer un cimetière plus végétal que minéral. La haie naturelle sera conservée, des arbres seront plantés en limite extérieure du périmètre pour une meilleure intégration paysagère.

L’aménagement prévoit entre autre :
• environ 450 emplacements de tombes individuelles
• un jardin du souvenir avec des espaces de dispersion
• des bosquets de cavurnes (caveaux pour urnes funéraires)
• un emplacement pour un columbarium
• une halle couverte pour accueillir des cérémonies laïques
• un espace de parking
• des points d’eau et emplacements poubelles
• une clôture sur toute l’enceinte du projet


Pourquoi le choix d’un nouveau cimetière, et pas l’extension du cimetière actuel ?


Initialement prévu en continuité du cimetière actuel, plusieurs facteurs très limitants ont orienté le projet vers un autre site.

En consultant le plan ci-contre, on comprend mieux la situation et donc les choix de l’équipe municipale.

1) Les analyses hydrogéologiques du sol ont conclu à l’obligation pour les futurs usagers, vue la proximité de la nappe phréatique (l’inondation du terrain pendant plusieurs mois cet hiver n’a fait que confirmer ces conclusions) de procéder aux inhumations uniquement en caveaux étanches et en caveaux extérieurs pour les caveaux familiaux, et donc à un surcoût très important pour les familles.

2) Une telle implantation engendre l’interdiction de tout puits ou forage (existant ou à venir) dans un périmètre de salubrité de 60 à 130 m des limites extérieures du projet, impactant ainsi fortement les habitations environnantes avec potagers individuels.

3) Ce terrain, est apparu, lors de la révision du PLU, hors site classé et hors contraintes PPRN de la commune, et de fait potentiellement constructible. Vu le niveau de contrainte du foncier sur la commune, il est apparu préférable de destiner ce terrain à la construction de nouveaux logements, plutôt qu’à l’extension du cimetière.

4) Ce terrain étant privé, la commune devait au préalable s’en porter acquéreur au coût élevé d’un terrain constructible en proximité immédiate du centre bourg.

Pour toutes ces raisons, la municipalité a pris la décision d’orienter son projet sur un terrain communal, non contraint par les analyses hydrogéologiques, hors zone constructible, et non entouré d’habitations en proximité. L’ensemble des études obligatoires et préalables à ce type de projet ont été menées et validées par les services de l’état, un projet de faisabilité a été réalisé par un cabinet spécialisé et validé en conseil municipal, les crédits nécessaires sont inscrits au budget municipal et le permis d’aménager en cours de dépôt. Dans l’attente de son instruction, un marché public va être lancé auprès d’entreprises spécialisées (VRD et aménagement paysager principalement).
Grace à tout ce travail mené depuis plus de deux ans par les services techniques et administratifs de la commune, et les élus, le nouveau cimetière devrait voir le jour début 2021.
Précisons qu’en parallèle de ce projet un gros travail est réalisé sur le cimetière actuel pour rendre utilisables les concessions abandonnées ou non renouvelées, et permettre ainsi de poursuivre une partie des inhumations dans celui-ci.

 


Fermer le menu